Partager:
10 septembre 2020

Non-respect des consignes sanitaires

Les citoyens commenceront à recevoir des amendes

Québec serre la vis aux « personnes irresponsables ». Dès le 12 septembre, les policiers pourront donner des amendes aux citoyens qui ne respectent pas les consignes comme le port du masque dans les lieux publics fermés.

Maxime Coursol , Journaliste

La police aura comme mot d'ordre, dès le 12 septembre, de donner davantage de contraventions à ceux qui ne respectent pas les mesures sanitaires, en particulier dans les régions où le niveau d'alerte est au jaune.
La police aura comme mot d'ordre, dès le 12 septembre, de donner davantage de contraventions à ceux qui ne respectent pas les mesures sanitaires, en particulier dans les régions où le niveau d'alerte est au jaune.
© (Photo gracieuseté – SQ)

Le premier ministre François Legault a annoncé en conférence de presse que six mois après les premières mesures sanitaires décrétées en raison de la COVID-19, il était temps de sévir contre ceux qui ne les respectent pas.

« La situation est encore sous contrôle au Québec, mais on constate une tendance qu’on n’aime pas. C’est pour ça qu’on va commencer à donner des amendes aux citoyens, pas juste aux commerces. » - François Legault

Le montant des amendes reste à déterminer par le conseil des ministres dans les prochaines heures, mais le ministre de la Santé Christian Dubé, qui accompagnait le premier ministre, a confirmé que ce serait « plus que 50$ » avec un sourire éloquent.

Par ailleurs, il n’est pas encore question de fermer certains types de commerces ou d’en restreindre l’accès, a prévenu François Legault. Il a rappelé que si le nombre de cas diminuait et que les zones jaunes revenaient au vert, il ne serait pas nécessaire d’imposer des mesures de confinement plus importantes.

Dépister davantage

Le ministre de la Santé a également soutenu qu’en plus de ces mesures coercitives supplémentaires, le nombre de centres de dépistage dans la province serait augmenté dans les prochaines semaines pour mieux répondre à la demande sur une base régionale. Des démarches sont également en cours pour offrir, au bout du questionnaire disponible en ligne sur quebec.ca qui vise à savoir si l’on doit se faire tester ou non, la possibilité de prendre un rendez-vous dans une clinique.

« Notre système d’alertes régionales a fonctionné, le nombre de dépistages est en hausse depuis l’annonce des zones jaunes. Maintenant, moi, ce que je voudrais, c’est que tout le monde qui veut se faire dépister puisse se faire dépister », a-t-il affirmé, en réponse aux questions des journalistes évoquant de longues files d’attente devant certains centres de dépistage.

Rappelons que quiconque a des symptômes apparentés à la COVID-19 (toux, mal de gorge, difficultés respiratoires et maux de tête importants), ainsi que ceux qui ont été en exposition avec des cas confirmés doivent aller se faire tester.

Partager:

Maxime Coursol , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer