Partager:
10 juin 2020

Repêché en Outaouais

Tristan Reid jouera pour les Olympiques de Gatineau

Le repêchage de la  Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) aura pris une autre allure en 2020.  Dû à la pandémie, le tout fut annoncé virtuellement. Tristan Reid, un jeune homme de Grand-Remous qui a joué pour les Mustangs de Maniwaki et les Draveurs de Mont-Laurier, attendait son tour avec impatience aux côtés de sa famille qui avait branché l’ordinateur sur grand écran, de voir sortir son nom au tableau. 12 équipes sur 18 l’avaient appelé pour mieux le connaître; les chances étaient de son côté.

Hélène Desgranges , Journaliste

Tristan Reid, 15 ans, a été repêché par les Olympiques de Gatineau le 6 juin. Malgré le confinement et le repêchage virtuel, les émotions ont été au rendez-vous.
Tristan Reid, 15 ans, a été repêché par les Olympiques de Gatineau le 6 juin. Malgré le confinement et le repêchage virtuel, les émotions ont été au rendez-vous.
© (Photo gracieuseté)

Tristan Reid est parti de la maison à 13 ans pour aller jouer du hockey. En pension à Val-des-Monts en Outaouais, il espérait demeurer dans la région pour poursuivre son parcours dans la LHJMQ mais était prêt à tout.

« Ma mère va brailler et si elle braille, je vais brailler moi aussi. » - Tristan Reid

À l’idée d’être recruté loin de la maison, à Baie-Comeau par exemple, Tristan se dit prêt à aller n’importe où tant qu’il progresse dans le hockey. Il sait bien, cependant, que cet éloignement sera difficile pour ses parents. Car une mère qui voit son enfant de 15 ans partir au loin pour s’accomplir, semble-t-il selon les propos du fils qui le dit en riant, ça ne pleure pas, ça « braille ». Néanmoins, Tristan dit réaliser son rêve.  Bien entendu, l’ultime but demeure la ligue nationale mais le junior, pour lui, c’est un grand accomplissement.

Repêchage 

C’est en 7e ronde que Tristan a appris la bonne nouvelle. Il est repêché par les Olympiques de Gatineau et demeurera donc près de la famille et chacun pourra aller le voir jouer et l’encourager. C’est ce que souhaitait le jeune hockeyeur. Lorsqu’ils ont appris la nouvelle, Tristan et toute sa famille ont pleuré d’émotion, raconte son père, Chuck Reid. Comme le club qui l’a repêché est à proximité, Tristan a pu aller chercher son gilet la journée même et ce fut, là aussi, un moment de grandes émotions pour la famille rassemblée.

Quelques jours avant le repêchage, Tristan trouvait dommage que le tout se déroule en ligne.  L’ambiance ne serait pas la même que s’il était allé sur place à Sherbrooke, se désolait-il en demeurant positif.  Néanmoins, au lendemain de la bonne nouvelle, son téléphone « a explosé » selon son père.  Malgré le confinement, Tristan a pu célébrer avec tous ceux qui espéraient une bonne nouvelle avec lui, même de loin.

Selon le jeune joueur, ce que cherchent à savoir les équipes, c’est surtout la personnalité du joueur, sa maturité, comment il s’auto-évalue et si lui-même se trouve bon. Face à ces questions, Tristan demeure humble et dit qu’il est un garçon terre à terre. Il sait qu’il a des défauts à améliorer mais il est aussi fier de ses qualités.

Petit garçon devient grand

Tristan et sa famille ont à cœur de remercier tous ceux qui ont croisé sa route au gré de son cheminement. Une personne a néanmoins joué un rôle très important lorsque le jeune homme a décidé de jouer au niveau compétitif. Selon la mère de Tristan, Nancy Pelletier, le président du hockey mineur de Maniwaki, Éric Gauthier, a tout mis en œuvre pour que Tristan puisse gravir les échelons. La famille lui est donc très reconnaissante.

Tristan a cheminé autant dans les Laurentides qu’en Outaouais où il est passé par Maniwaki, Papineauville et Gatineau. Ses parents n’ont calculé ni leur temps ni leur kilométrage pour l’aider à accomplir son destin. Il a reçu de nombreuses mentions dont joueur méritant, étoile du match et le trophée Claude Lemieux.

Partager:

Hélène Desgranges , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer