Partager:
27 novembre 2020

Saison de motoneige 2020-2021

Les ventes de passes de saison très encourageantes

La saison de motoneige s’annonce positive. Que ce soit au niveau des ventes de motoneiges chez les concessionnaires ou celles des passes de saison, si la tendance se maintient et que mère nature le veut aussi, les amateurs en auront pour leur argent. Le Club des Ours Blancs est prêt.

Hélène Desgranges , Journaliste

Les motoneigistes ont déjà acheté en très grand nombre leur passe de saison alors qu’elle est moins dispendieuse jusqu’au 9 décembre. Cet engouement donne de l’espoir au Club des Ours blancs qui entretient les pistes de la Vallée-de-la-Gatineau.
Les motoneigistes ont déjà acheté en très grand nombre leur passe de saison alors qu’elle est moins dispendieuse jusqu’au 9 décembre. Cet engouement donne de l’espoir au Club des Ours blancs qui entretient les pistes de la Vallée-de-la-Gatineau.
© (Photo Pixabay)

Pierre Croteau, président du Club de motoneige des Ours Blancs dans la Vallée-de-la-Gatineau, est fier d’annoncer que depuis le début de la vente des passes de saison du club, 150 cartes ont été vendues. Ce nombre est plus que le double de l’an dernier et presque le triple.

Difficile pour le président d’expliquer les raisons qui expliquent cette hausse. Pierre Croteau croit que les gens ont besoin plus que jamais de ce loisir. 

« En été, il y a une diversité d’activités à faire, mais en hiver, pour les amateurs de loisir motorisé, la motoneige est presque la seule. » - Pierre Croteau

À part les loisirs restreints pour les amateurs d’hiver, M. Croteau croit que les gens qui n’iront pas en voyage cet hiver ont cherché à remplacer cette activité par une autre au Québec. En contact avec les concessionnaires de la région, Pierre Croteau indique toutefois que ceux-ci n’ont presque plus rien à vendre.

Même s’il existe un engouement pour le hors-piste, cette année, ce sont les motoneiges de sentiers qui semblent avoir été plus populaires lors des achats des utilisateurs. Ceci s’expliquerait par le fait que les nouveaux utilisateurs sont des voyageurs qui ne recherchent pas l’adrénaline nécessairement, suppose le président, mais plutôt, les balades et escapades tranquilles.

État des sentiers

Cet hiver, le sentier de motoneige qui monte vers l’Abitibi sera fermé. Le club des Ours Blansc fera le surfaçage jusqu’au domaine, près de la route 117 d’un côté.  De l’autre, les gens pourront emprunter le chemin Lépine vers Clova. Selon Pierre Croteau, il s’agit d’un court détour par Senneterre.

Le Club des Ours Blancs attend une confirmation de financement afin d’aménager un nouveau sentier permettant aux motoneigistes de venir dans la région. Le député de Gatineau Robert Bussière et la MRC de Vallée-de-la-Gatineau appuient le club qui devait recevoir des nouvelles vers le 25 novembre de la part de la MRC.

En attendant, le club a ouvert ses sentiers plus largement cette année avec l’espoir que mère nature ne sera pas aussi dure que l’an dernier. Cette décision en est une de « peureux » souligne en riant le président, mais en fait, il s’agit aussi et surtout d’une prévoyance en cas de verglas.

Ouverts ou fermés?

Les refuges seront ouverts. Ceux à trois façades ne devraient pas avoir de mesures sanitaires particulières, mais ceux fermés et chauffés, eux, pourraient demander le port du couvre-visage et le lavage des mains. Ces indications ne sont pas certaines pour l’instant.

Ce qui semble certain pour le président des Ours Blancs, c’est que le gouvernement ne fermera sûrement pas les sentiers après les avoir ouverts. Même chose pour certains lieux de relais.

« Les sites de relais sont essentiels. Ils sont des équipements de survie. Si tu ne peux pas aller te réchauffer vers Parents ou Clova par exemple, tu vas geler. » - Pierre Croteau

Étant donné le palier orange actuellement en place dans la région, les restaurateurs peuvent aussi ouvrir leurs salles à manger et former des tablées jusqu’à six personnes. Il faudra une adaptation comme pour le port du couvre-visage par exemple, suppose Pierre Croteau, mais l’homme demeure persuadé que les amateurs n’y verront pas d’inconvénients.

Partager:

Hélène Desgranges , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer