Partager:
9 octobre 2020

Défi coureurs des bois

La dernière course est annulée, mais c’est encore le temps de bouger

Le Défi coureurs des bois prend de la notoriété. Les partenaires ne se font pas prier pour appuyer l’événement, les organisateurs atteignent leurs objectifs, les jeunes assurent la relève et les nouveaux visages se font rassurants pour la poursuite de l’événement. Mais la covid-19 est de retour en force au Québec et même s’ils courent vite, les participants n’ont pas pu devancer le virus et sa propagation afin de réaliser les derniers km prévus lors de la course du 18 octobre qui a dû être annulée.

Hélène Desgranges , Journaliste

Pour une deuxième année d’existence, le Défi coureurs des bois a presque atteint son objectif de doubler son nombre de participants.
Pour une deuxième année d’existence, le Défi coureurs des bois a presque atteint son objectif de doubler son nombre de participants.
© (Photo gracieuseté – Marlène Thonnard, PERO)

L’événement n’a pas encore de comité organisateur, mais l’idée d’en former un prochainement a été soulevée. Présentement organisé sous la tutelle du Pôle d’excellence en récréotourisme Outaouais (PERO), le Défi coureurs des bois en est à sa deuxième année.

Au gré des courses qui ont été tenues cette année, l’activité a su attirer non seulement des adultes adeptes de la course, mais en plus, il a rallié des jeunes et des enfants venus, pour certains, s’initier à la course à pied en sentier pour la première fois de leur vie.

Le défi du diable comprend cinq courses qui se déroulent à des dates différentes et qui devaient se terminer le 18 octobre, cette année. Il a été imaginé pour donner suite à l’initiative de Marlène Thonnard, présidente du PERO, qui, il y a trois ans, avait organisé une course pour le plaisir de faire participer et bouger la population. Comme les gens en demandaient davantage, Mme Thonnard, a imaginé ce circuit de cinq courses pouvant être accompli en totalité ou en partie selon l’envie des participants.

Objectifs atteints… ou presque

Pour la deuxième année d’existence du défi, Mme Thonnard souligne qu’elle aurait bien voulu voir 100 participants supplémentaires participer. Il s’agissait alors de doubler le nombre de coureurs ayant participé en 2019. Tout allait vraiment bien pour que l’atteinte de l’objectif puisse être célébrée, mais la dernière course annulée en octobre ne permettra pas tout à fait de toucher au but. Cependant, en quatre courses, environ 160 coureurs ont pris d’assaut les sentiers, ce qui permet de dire que si la cinquième course avait eu lieu, l’objectif aurait été atteint.

Comme le dit la présidente du PERO, l’événement est parti petit, mais grandit bien grâce, entre autres, au bouche-à-oreille. Cette année, plusieurs nouveaux visages, dont de nombreux villégiateurs, ont mis le pied sur les sentiers pour réaliser le défi. 

« On a reçu une grande diversité de participants. » - Marlène Thonnard

L’une des courses du défi a attiré 44 adultes et 12 jeunes. Marlène Thonnard relate un bel exemple de la diversité des participants en racontant qu’un jeune garçon d’environ 8 ans a réalisé trois courses du défi. Il en a fait deux avec son père, mais la dernière, il l’a réalisée seul dans un esprit très compétitif.

Le Défi coureurs des bois ne pouvant se terminer pour respecter le nombre de personnes rassemblées lors d’un événement, le PERO tient tout de même à rappeler aux gens qu’ils peuvent continuer à bouger et relever des défis. La course en forêt peut se vivre à deux ou en famille en respectant les règles sanitaires. Le défi est lancé!

Partager:

Hélène Desgranges , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer