Partager:
9 janvier 2020

Salon du livre de l’Outaouais

Une 41e édition à l’image du froid hivernal

Le slogan de la 41e édition du Salon du livre de l’Outaouais (SLO) est « De quel livre tu te chauffes? ». Pour célébrer le confort que peut apporter un livre en temps froid, les lecteurs et lectrices sont invités à se réchauffer corps et esprits du 27 février au 1er mars au Palais des congrès de Gatineau. 

Jordan Maheu , Journaliste

Le Salon du livre de l’Outaouais se déroulera du 27 février au 1er mars au Palais des congrès de Gatineau.
Le Salon du livre de l’Outaouais se déroulera du 27 février au 1er mars au Palais des congrès de Gatineau.
© Photo gracieuseté)

« Il y a quelque chose de trippant d’aller se réchauffer au Salon et de rencontrer les gens et de découvrir des livres qui nous enflamment », a expliqué la présidente du SLO, Mélanie Rivest.

Environ 500 auteurs d’ici et d’ailleurs sont encore une fois attendus cette année pour partager leur passion de la littérature aux 38 000 visiteurs qui devraient être présents. Chaque année, entre 35 000 et 40 000 personnes visitent le Salon. L’objectif pour la 41e édition est de 38 000 visiteurs, a fait savoir Mélanie Rivest du bout des lèvres. 

Au moins 150 animations sont prévues à travers les trois scènes du SLO. 

La programmation sera dévoilée le 4 février. 

Sans vouloir en dire plus, Mme Rivest a mentionné que divers parcours culturel ou littéraire seront à la disposition des visiteurs. Ces parcours devraient « faire vivre le contraste chaud-froid et froid-chaud ». 

Une activité inusitée 

Le jeudi 27 février à 21h, à la Salle des fêtes de la Maison du Citoyen, se succèderont dans le ring des combats de lutte et des performances littéraires. Le SLO désire « défaire les règles de la lutte à travers la littérature ».

Lutte aux changements climatiques, luttes féministes, lutte pour la presse locale, lutte des classes, luttes du cœur et de la raison… Voici des sujets chauds qui devraient être mis de l’avant dans le ring.

« La littérature est un moyen à la fois de se réchauffer, mais de combattre et de porter nos convictions », a mentionné Mélanie Rivest. 

Au moment d’écrire ces lignes, la participation d’Alexandre Deschênes, Chloé LaDuchesse, Baron Marc-André Lévesque et Mathieu Poulin ont été dévoilés. 

L’événement sportif et littéraire, Prises de mots, est une activité de collaboration entre Lutte 07 et le SLO.

L’idée de jumeler la lutte et les lettres est un clin d’œil au livre La Lutte écrit par Mathieu Poulin. 

Présidente d’honneur

L’auteure innue, Naomi Fontaine, a été nommée présidente d’honneur de cette 41e édition du SLO. Née à Uashat, communauté innue bordée d’une petite baie près de Sept-Îles, Naomi Fontaine est une enseignante de français diplômée de l’Université Laval.

« On voulait trouver la perle féminine. C’est-à-dire qu’on a eu deux ans de suite un homme à la barre de la présidence du Salon et on cherchait une voix féminine forte », a dit Mélanie Rivest. 

En 2011, l’auteure innue a publié un premier roman poétique, Kuessipan, qui a été adapté en 2019 au cinéma par Myriam Verreault et coscénarisé par Naomi Fontaine. 

Après le succès de son premier roman et du film qui a suivi, Naomi Fontaine voulait mettre son plus récent roman de l’avant. Ce roman a été publié en 2019 et il est intitulé Shuni. Un coup de cœur pour Mélanie Rivest. 

Attachée à son peuple, Naomi Fontaine écrit le visage des Innus, ce que leurs yeux ont vécu. Elle considère qu’on a trop souvent décrit l’Innu comme une statistique. Pour elle, il faut le montrer comme il est et sortir des stéréotypes.

Invités d’honneur

L’auteure de théâtre et traductrice littéraire, Mishka Lavigne, est l’invitée d’honneur, représentant l’Outaouais. 

Le professeur, journaliste, avocat et coopérant international à Haïti, Jean Boisjoli, est l’invité d’honneur, représentant l’Ontario français. 

L’auteur de la série jeunesse Gamer, Pierre-Yves Villeneuve, est l’invité d’honneur jeunesse et porte-parole de la Tournée jeunesse Desjardins.

D’autres invités d’honneur devraient être divulgués le 4 février.

Partager:

Jordan Maheu , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer