Partager:
23 octobre 2020

Covid-19

Baisse des dons d’organes et de tissus pendant la pandémie

Le 17 octobre dernier soulignait la journée mondiale du don d’organes et de greffe. Alors que le don d'organes a baissé pendant la pandémie, la population se doit d'être sensibilisée, croient les organisateurs de la montée du mont Cascades, associé au Défi Chaîne de vie. 

Hélène Desgranges , Journaliste

Les gens au repos pendant le confinement aurait-il fait moins d’AVC? Annie Leduc, porte-étendard du Défi Chaîne de vie 2020 ne peut le confirmer. Elle sait cependant que le nombre de donneurs potentiels d’organes et tissus a baissé, en Outaouais, pendant les mois de mai et juin, entre autres.
Les gens au repos pendant le confinement aurait-il fait moins d’AVC? Annie Leduc, porte-étendard du Défi Chaîne de vie 2020 ne peut le confirmer. Elle sait cependant que le nombre de donneurs potentiels d’organes et tissus a baissé, en Outaouais, pendant les mois de mai et juin, entre autres.
© (Photo Pixabay)

La baisse du don d’organes en Outaouais s’expliquerait, selon Annie Leduc, conseillère en soins infirmiers au programme de dons d’organes et de tissus du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), par le fait que les donneurs sont principalement des gens ayant fait des arrêts cardiaques, des AVC ou des accidentés de la route.

Pendant les mois de mai et juin, la baisse de dons d’organes et de tissus a été remarquée et elle est possiblement associée, selon Annie Leduc, au fait qu’il y avait moins de gens sur les routes donc, moins d’accidents et, à la réalité d’un 40% d’AVC en moins en Outaouais dans la même période. Ces baisses ont entrainé moins de notifications pour des donneurs potentiels.

Défi Chaîne de vie

Chaque année depuis cinq ans, des gens de l’Outaouais vont gravir le mont Cascades de façon symbolique pour y apposer un drapeau. La montée des randonneurs représente les difficultés que peuvent rencontrer les gens en attente de greffe. Cette année, seuls les porte-étendards se rendront au sommet. Annie Leduc fera le parcours pour l’Outaouais. Elle célèbrera ainsi dix ans de services auprès des gens en attente de greffe et leurs familles. Chaîne de vie est aussi un programme d’éducation auprès des jeunes pour leur faire connaitre le don d’organes et pour parler de santé avec eux.

Tout au long du mois d’octobre, la population est donc invitée à aller faire un don en ligne à l'organisation.

Qui refuse de donner ses organes ou tissus?

Annie Leduc accompagne les familles depuis plusieurs années dans cette décision difficile.

« Lorsque quelqu’un décède subitement sans avoir fait connaitre ses intentions face au don d’organes, la famille, déjà en état de choc, est placée devant un choix très émotif qu’elle ne parvient pas toujours à faire. » - Annie Leduc

Certaines familles refusent le don d’organes d’un proche tout simplement parce qu’ils veulent respecter ses dernières volontés et ne connaissent pas ses intentions face à ce don. Annie Leduc répète donc l’importance d’aviser ses proches de cette décision. Signer sa carte de dons d’organes ou aller remplir le registre de la Régie de l’Assurance maladie du Québec (RAMQ) en ligne sont des options.

Depuis 2005, dans un testament notarié, les gens peuvent aussi signifier leurs intentions et celles-ci sont alors compilées dans un registre accessible au personnel de soins de santé qui peuvent alors agir avec rapidité pour permettre à un donneur de fournir ses organes à un receveur. Chaque don est utilisé au Québec. Si aucun receveur n’est compatible ici, l’organe peut alors être acheminé ailleurs au Canada et ensuite, aux États-Unis.

Certains dons d’organes peuvent aussi être réalisés par une personne pendant qu’elle est en vie. Cette particularité dont on parle moins lors de la journée mondiale existe par exemple, selon le site de la RAMQ, pour des dons de foie ou de reins.

Partager:

Hélène Desgranges , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer