Partager:
4 septembre 2020

À l’occasion du camp d’entraînement des Mustangs

Éric Gauthier prédit une saison « très relevée »

Le président des Mustangs, Éric Gauthier, qui supervisait ses troupes lors du camp d’entraînement de l’équipe à Ferme-Neuve le 30 août, a prédit une saison « très relevée ». 

Simon Dominé , Journaliste

Les Mustangs ont tenu leur camp d’entraînement le 30 août à Ferme-Neuve.
Les Mustangs ont tenu leur camp d’entraînement le 30 août à Ferme-Neuve.
© (Photo L’info de la Vallée – Simon Dominé)

Privés de glace à Maniwaki jusqu’en décembre en raison de travaux à l’aréna Gino Odjick, les Mustangs se sont rabattus sur celle de Ferme-Neuve pour leur camp d’entraînement.

L’équipe du Buffalo de Ferme-Neuve, renouvelée et emmenée cette année par Éric Bruneau, l’entraîneur avec qui les Montagnards de Mont-Laurier ont remporté la coupe du Hull-Volant, terminait son propre camp lorsque les premiers joueurs des Mustangs se sont présentés.

« Je connais 75% des joueurs. Ça va être très relevé. (…). Ça va être une excellente équipe Ferme-Neuve, il y a un beau staff, un bon entraîneur. Ça va être une belle compétition. Comme je disais à quelqu’un : j’aime mieux perdre 4-2 contre eux, que de les battre 12-0. Ça va être bon pour la population de Ferme-Neuve et pour celle de Maniwaki. Ça va créer une belle rivalité », a observé M. Gauthier.

Le président des Mustangs a résumé le but de la journée : « Aujourd’hui, on veut essayer des joueurs qu’on ne connaît pas, surtout des joueurs locaux ». L’attitude et le coup de patin des petits nouveaux ont été évalués.

Une équipe hybride

Pour leur part, l’entraîneur danois et les joueurs européens qui viendront compléter l’alignement devront se soumettre à une quarantaine fin septembre avant de pouvoir embarquer sur le glace et montrer de quoi ils sont capables. Le premier match devrait donc se jouer en octobre.

« On a 11 Européens. C’est sûr que le niveau de jeu va augmenter à comparer d’aujourd’hui. Quatre Danois, quatre Suédois, deux Slovaques et un Français », a mentionné M. Gauthier

« On est pas mal le club des Nations-Unies ! » - Éric Gauthier

La formule a déjà permis à un ancien gardien français des Mustangs, Louis Weary, d’entrer dans une université américaine, doté d’une bourse d’études. « C’est notre coupe Stanley à nous », fait remarquer le président des Mustangs.

Dans la Canadian Premier Junior Hockey League (CPJHL), Maniwaki fait un peu figure d’exception avec cette composition hybride de joueurs locaux et internationaux. « Moi, si je pouvais avoir 20 joueurs de Maniwaki, je prendrais 20 joueurs de Maniwaki. À talent égal, je prends toujours un joueur local, mais je ne peux pas en inventer, j’en ai pas. Nous à Maniwaki, ça fait plusieurs années qu’il n’y a pas eu de double lettre dans le Midget et on est un petit bassin de 3 500 résidents. Si on prend Mont-Laurier, ils sont 15 000 et ça fait 15 ans qu’il y a du double lettre. Le bassin de joueurs est beaucoup plus grand », a souligné M. Gauthier.

Organisation des parties

Les Mustangs iront bien visiter une fois ou deux leurs adversaires de la division ouest de la CPJHL (au nord de Toronto), qui en feront autant, mais la majeure partie des matchs les opposeront au Bécard de Senneterre, au Buffalo de Ferme-Neuve et aux Settlers de Smith Falls.

Et d’ici décembre, il faudra s’y faire : les parties locales se dérouleront à Ferme-Neuve, Mont-Laurier et même Mont-Tremblant.  

Partager:

Simon Dominé , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer