Partager:
23 juillet 2020

Hockey

Malgré le désistement d’équipes de Mont-Laurier, la Vallée ne jette pas la serviette

La nouvelle est tombée le 22 juillet et a créé une onde de choc dans la Vallée. Les équipes des Montagnards et des Rapides de Mont-Laurier ont annulé leur saison. Pour les Mustangs, la situation ne change pas, ils prévoient une saison malgré tout. Pour les Forestiers, la tâche sera plus ardue, mais le sort n’est pas joué.

Hélène Desgranges , Journaliste

La décision des propriétaires des Montagnards de Mont-Laurier vient mettre en péril la saison des autres clubs de cette ligne de hockey sénior. Cependant, chez les Forestiers de Maniwaki, d’autres options continuent d’être évaluées pour permettre une saison cette année.
La décision des propriétaires des Montagnards de Mont-Laurier vient mettre en péril la saison des autres clubs de cette ligne de hockey sénior. Cependant, chez les Forestiers de Maniwaki, d’autres options continuent d’être évaluées pour permettre une saison cette année.
© (Photo L’info de la Vallée– Archives)

Alors que les équipes de la Vallée-de-la-Gatineau devaient déjà faire face à des obstacles en début de saison, compte tenu des travaux au Centre sportif Gino Odjick qui doivent se poursuivre jusqu’en décembre, voilà que la pandémie qui sévit sur le Québec apporte d’autres obstacles.

Mustangs de Maniwaki

Malgré le désistement d’équipes de Mont-Laurier, les Mustangs de Maniwaki ont de bonnes nouvelles à donner à leurs supporteurs. Leur recrutement est en avance sur l’an passé, il reste des postes vacants pour des joueurs de la région et malgré un retard d’environ une semaine, le club prévoit un début de saison en octobre.

En attendant la fin des travaux au centre sportif de Maniwaki, le club a prévu des locations de glace à Ferme-Neuve et Mont-Laurier, par exemple. Ceci apportera bien entendu des dépenses supplémentaires, mais permettra à l’équipe de poursuivre ses activités.

Des plans B ont aussi été mis en place pour l’hébergement des joueurs étrangers, des maisons ont été louées pour éviter aux gens de devoir aller en pension. L’équipe prépare présentement des dossiers afin de permettre à des joueurs européens de joindre leurs rangs, en respectant certaines conditions, bien entendu.  L’équipe devra probablement, cependant, mettre une croix sur les joueurs des États-Unis si la situation ne change pas.

Des mesures de sécurité pour les joueurs ont été pensées, comme avoir chacun leur bouteille d’eau ou s’habiller avant d’arriver pour n’avoir que casque et patins à enfiler à l’aréna. Même si peu d’entre eux pourront assister aux matchs si la consigne des 50 personnes maximum n’est pas modifiée, Éric Gauthier des Mustangs souhaite que les partisans les suivent à l’extérieur.

Les Forestiers

La situation des Forestiers est moins certaine que celle du hockey junior. Apprenant la nouvelle de l’annulation de la saison des Montagnards, le conseil d’administration a reçu l’information comme un gros « boom! » explique Éric St-Amour.

L’effet de surprise était au rendez-vous même si la situation avait été envisagée. Déjà touché par les rénovations du Centre sportif de Maniwaki, le conseil d’administration des Forestiers n’exclut pas un début de saison sur la route pour une durée de deux mois.

« Les gouverneurs de la ligue avaient envisagé d’annuler la saison, mais la décision des propriétaires des Montagnards nous a tout de même surpris. » - Éric St-Amour

Éric St-Amour n’est pas prêt à jeter la serviette. Le club envisage la possibilité de se joindre à d’autres ligues à distance raisonnable de la Vallée. Les pourparlers sont sur la table. D’autres équipes touchées par la nouvelle, comme celle de Fort-Coulonge par exemple, semblent vivre de la déception selon Éric St-Amour qui s’est entretenu avec eux. Tous aimeraient avoir une saison. Éric St-Amour et le conseil d’administration des Forestiers espèrent même que la situation de la Covid-19 évolue suffisamment pour que l’équipe de Mont-Laurier révise sa position.

Environ 60 à 70% des joueurs de l’an dernier ont spécifié vouloir revenir en 2020-2021. Un camp d’entrainement pour recruter des nouveaux n’est pas exclu même s’il se déroule plus tard. D’autres contraintes sont néanmoins présentes comme le nombre de partisans dans les gradins. À 50 personnes par joute, les revenus ne seraient pas suffisants pour combler les dépenses. Jouer devant des estrades vides n’est aucunement envisageable selon Éric St-Amour. Ce dernier se dit fonceur et déterminé. Lui et le conseil d’administration tentent donc de trouver des solutions pour qu’une saison soit possible cette année.

Partager:

Hélène Desgranges , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer