Partager:
30 décembre 2020

Sentiers de motoneige

Une année achalandée prévue, plus d’accidents à venir?

Le bilan des ventes de droits d’accès dans la Vallée-de-la-Gatineau démontrait une hausse de 85 passes supplémentaires au 20 décembre comparé à la même date l’an passé. La région est favorisée par l’accumulation de neige, mais que sera la saison en temps de pandémie?

Hélène Desgranges , Journaliste

Nouveaux adeptes, anciens motoneigistes de retour, moins d’Ontariens, plus de Québécois.  Le visage de la motoneige se modifie cette année. Les organisateurs et responsables de sentiers sont prêts. La région de l’Outaouais est favorisée par la neige, les sentiers ouvrent les uns après les autres.
Nouveaux adeptes, anciens motoneigistes de retour, moins d’Ontariens, plus de Québécois. Le visage de la motoneige se modifie cette année. Les organisateurs et responsables de sentiers sont prêts. La région de l’Outaouais est favorisée par la neige, les sentiers ouvrent les uns après les autres.
© (Photo Pixabay)

Les adeptes de motoneige seront un peu différents sur les pistes cette année. Selon Pierre Croteau du Club Les Ours Blancs, beaucoup de nouveaux usagers de motoneige hors-piste emprunteront les sentiers cet hiver. Ajoutant à cela de nombreux anciens adeptes captifs du Québec en temps de pandémie, le scénario de l’hiver 2020-2021 est difficile à envisager, mais soulève des craintes.

« Il y a 20 ans, sur les pistes, tu croisais deux ou trois autres motoneiges.  Maintenant, tu en croises 200 par jour. Les signaux manuels ont changé, les machines ont changé. » - Pierre Croteau

Pierre Croteau ne vise pas seulement les anciens adeptes de motoneige qui reviennent au sport après plusieurs années d’absence lorsqu’il soulève les possibilités d’accidents en sentiers. Il sait très bien que même les nouveaux détenteurs de motoneige auront un apprentissage de la vie en sentiers à faire cette année.

Le Club Les Ours Blancs a donc prévu des responsables qui vérifieront la signalisation et arpenteront les sentiers pour faire de la sensibilisation. Les policiers de la région ont aussi souligné, mentionne Pierre Croteau, qu’ils seront vigilants et s’occuperont de ceux qui ne pratiqueraient pas le sport en respect des normes en vigueur.

« On ne peut pas mentir, on a perdu des droits de passage cette année parce que des motoneigistes sortent des sentiers et s’aventurent sur les terrains privés sans autorisation. » - Pierre Croteau

Il a fallu beaucoup de négociations pour conserver des ententes de passages avec des propriétaires privés voyant leurs récoltes saccagées par une minorité d’utilisateurs qui ne réalisent pas les dommages qu’ils font en sortant des sentiers balisés, explique M. Croteau. Certaines ententes sont perdues.

Ouverture de sentiers

Le Club des Ours Blancs s’affaire présentement à ouvrir les sentiers. Pour la fin de semaine du jour de l’an, ils espèrent avoir ouvert entre 50 et 60% de leurs sentiers.

Étant donné que le Club s’est aperçu trop tard que des ponceaux avaient été retirés lors de la chasse à l’orignal, quand des barrages ont été érigés par des manifestants autochtones afin d’empêcher la chasse sportive près de la Réserve faunique La Vérendrye, il a dû demander à la Fédération des motoneigistes du Québec d’ouvrir un nouveau sentier.

« Pour remettre des ponceaux, il faudra des autorisations du ministère, on n’a pas le temps pour cela cette année. » - Pierre Croteau

En revanche, M. Croteau explique que les gens pourront avoir accès à un sentier vers l’Abitibi en allant en direction du chemin Lépine, via l’Auberge Le Pensive. Le nouveau sentier mène aux chutes César, un lieu que les usagers connaissent passablement. La part de ce sentier vers l’Abitibi qui touche l’Outaouais sera prête pour la veille du jour de l’an.

Bien qu’en zone rouge, le Club des Ours Blancs permettra l’accès à ses refuges qui sont tous non chauffés. Ils ont prévu des affiches rappelant aux usagers la distanciation et le port de couvre-visage et ont confiance que les gens, même venant de l’extérieur, seront vigilants.

Traverser d’une région à l’autre pour la motoneige

Étant donné que peu de régions auront reçu assez de neige avant le 1er janvier, Pierre Croteau s’attend à des visiteurs de partout au Québec. L’Outaouais et l’Abitibi ont été choyés jusqu’à maintenant.

Le fait est que, cette année, le Club de la Vallée-de-la-Gatineau a vu baisser sa vente de droits d’accès aux gens de l’Ontario, mentionne Pierre Croteau. Serait-ce la fermeture de nos restaurateurs qui freine ces utilisateurs de venir chez nous cette année? Pierre Croteau suggère que cela pourrait être le fait de ne pas vouloir voyager en dehors de leur province. Les usagers de la région seront donc, cette année, majoritairement québécois.

 

Partager:

Hélène Desgranges , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer