Partager:
5 août 2020

Église de Bouchette

Cure de beauté du plancher au jubé

Ils sont une dizaine autour de la table. Chacun a un rapport à l’église qui lui est propre, chacun donne son temps et ajoute ses compétences à celles des autres pour conserver en bon état l’église de Bouchette classée bâtiment patrimonial. Grâce à leur acharnement, le passé survit. Ils sont le comité de la communauté Saint-Gabriel de Bouchette.

Hélène Desgranges , Journaliste

Le comité de la communauté Saint-Gabriel de Bouchette a fait le pari de remettre l’église comme elle le fut jadis. De subvention en subvention, pour éviter des frais aux contribuables, ils mettent tout leur cœur à cet objectif et… réussissent.
Le comité de la communauté Saint-Gabriel de Bouchette a fait le pari de remettre l’église comme elle le fut jadis. De subvention en subvention, pour éviter des frais aux contribuables, ils mettent tout leur cœur à cet objectif et… réussissent.
© (Photo Hélène Desgranges – L’info de la Vallée)

Les jeunes du groupe n’ont plus vingt ans. Ils sont conscients qu’il y a un travail à faire pour attirer une relève plus jeune et l’intéresser au patrimoine religieux. Mais ils sont « in ». Surtout leur curé Mario Thibault, disent-ils. À Bouchette, on ne ferme la porte à personne. Les règles qui entourent les sacrements ne font pas le poids devant ces individus accueillants. Mais que dire de leur volonté de restaurer leur église?

Jean-Yves Patry fait partie de la « vieille garde ». Des souvenirs reliés à son église et à sa préservation, il en a plein la tête. Ils sont tous comme lui. Depuis un incendie en 1963, qui a ravagé la sacristie de l’église, ils s’activent à garder en santé l’infrastructure religieuse d’envergure et désirent y tenir le culte tant et aussi longtemps que ce sera possible.

Soutenu par le maire Gilles Bastien, le comité s’est vu octroyer des sommes qu’il n’aurait pu espérer. 35 000$ d’un fond d’Hydro-Québec a été obtenu en 2018. C’était une première étape. Il n’en coûterait rien aux contribuables de Bouchette pour restaurer leur église et la ramener à son apparence du départ.

Terminé le tapis. Grâce à cet argent, aux dons de la communauté et à la force du bénévolat, le plancher de l’église a été refait à neuf. Cherchant à respecter les normes de l’époque de sa construction, les planches de bois qui allaient servir à restaurer le plancher ont été coupées en largeur et longueur précises pour respecter le passé. Autant la matière que la main d’œuvre furent locales. Une fois sur place, le matériel fut installé et de magnifiques étoiles sont venues s’insérer dans le plancher. Le résultat est source de fierté.

En 2019, la municipalité avait l’opportunité de recevoir un autre montant de 25 000$ de Tourisme Outaouais. C’est le comité Saint-Gabriel et son curé qui ont accepté de gérer le fonds. Au bout du compte, des murets ont été refaits, des escaliers, une fenêtre imposante en façade et des tapisseries rappelant l’époque ont été acquis et restent à être apposés sur les murs et colonnes.

Pleins d’espoir, les membres du comité n’ont pas hésité : ils ont déposé une nouvelle demande pour restaurer l’extérieur de l’église. Rien de moins que 190 000$ sont espérés pour le mois d’août 2020. Même s’il est parfois difficile de convaincre des gens et des élus que la culture et le patrimoine ont une valeur équivalente à la restauration d’une route, par exemple, les esprits s’ouvrent de plus en plus, sent le maire de Bouchette.

Il reste de nombreuses sections de l’église à rajeunir. Le comité souhaite revoir une chaire et un confessionnal comme à l’époque. Le jubé, qui accueille présentement plus de 400 crèches, a besoin d’amour et l’entrée de l’église est aussi dans les projets de restauration.

Les portes où aller cogner sont peu nombreuses, mais donnent espoir. Gilles Bastien a une force en recherche de subventions. Selon lui, c’est la partie la plus facile. Vient ensuite l’exécution des travaux. Mais avec la volonté et la persévérance, l’exemple du comité de la communauté Saint-Gabriel de Bouchette le démontre: tout est réalisable.

Partager:

Hélène Desgranges , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer