Partager:
23 décembre 2020

Pont couvert de l’Aigle à Montcerf-Lytton

Entre confiance et méfiance

Bien qu’il soit trop tôt pour savoir ce qu’il adviendra du pont couvert de l’Aigle qui joint les territoires d’Egan-Sud et de Montcerf-Lytton, il semblerait que les discussions en cours seraient encourageantes pour ceux qui désirent en conserver le patrimoine intact. Des revirements de situation ont tout de même eu lieu au conseil municipal de Montcerf-Lytton au mois de novembre et causent de l’inquiétude à certains.

Hélène Desgranges , Journaliste

Les craintes entourant l'avenir du pont couvert de l’Aigle reliant Égan Sud et Montcerf-Lytton auraient-elles pris trop d’ampleur?
Les craintes entourant l'avenir du pont couvert de l’Aigle reliant Égan Sud et Montcerf-Lytton auraient-elles pris trop d’ampleur?
© (Photo L’info de la Vallée – Hélène Desgranges)

Ward O’Connor est conseiller municipal à Montcerf-Lytton. Il ne cache pas qu’il est en faveur de la conservation du pont de l’Aigle à son endroit actuel. Le comité du patrimoine de Montcerf-Lytton, dont il fait partie, a fait parvenir en novembre dernier une lettre à son conseil municipal afin de demander la conservation du pont à son emplacement actuel. La Société d’histoire de l’Outaouais souhaite le même scénario.

Les conseillers municipaux de Montcerf-Lytton avaient appuyé en grande majorité la demande du comité patrimoine lors du conseil municipal tenu le 2 novembre. Le maire avait alors apposé son droit de véto, en désaccord avec la décision de ses élus.

Lors d’une réunion du conseil municipal spéciale tenue le 9 novembre, les élus se sont rétractés et le maire a retiré son droit de véto.

Un revirement de décision surprenant

Lors de la rencontre spéciale du 9 novembre, le maire a expliqué qu’il serait prématuré de se prononcer au sujet du pont pour ne pas entraver le projet. Rappelons que l’idée de déplacer le pont était l’une des options qui furent envisagées pour permettre le tracé de la nouvelle route Maniwaki-Témiscamingue. Il a ajouté que le conseil fera des recommandations au bon moment advenant que le tracé revienne sur la table. Il a mentionné que le conseil est bien conscient de la valeur patrimoniale du pont de l’Aigle. À la suite de ses explications et du retrait de son droit de véto, unanimement sauf le conseiller Ward O’Connor, les élus ont changé leur fusil d’épaule et décidé de ne pas appuyer la demande du comité patrimoine de Montcerf-Lytton. Ce revirement de décision étonne Ward O’Connor qui ne se l’explique pas.

Suite à ce changement d'opinion du conseil, Ward O’Connor craint que lorsque les élus pourront se prononcer, il soit trop tard et que les décisions en ce qui a trait au pont soient prises.

Le maire d’Égan Sud donne son opinion

Le maire d’Égan Sud, Neil Gagnon, s’étonne que le dossier du pont de l’Aigle ait pris cette ampleur dans les médias et sur le terrain. La nouvelle publiée par le journal Le Droit le 5 septembre dernier a attiré l’attention. Le sujet a fait réagir la Société d’histoire de l’Outaouais qui a alors voulu sensibiliser le milieu municipal à l’importance de conserver intacts les rares ponts couverts restants. L’option de déménager le pont ne fut jamais écartée totalement, même si d’autres options étaient envisagées.

Personnellement, Neil Gagnon souhaite que le pont demeure à son emplacement actuel et sent que les élus d’Egan Sud seraient aussi favorables à cette option. Cependant, il maintient lui aussi qu’il est trop tôt pour en parler et que, selon son souvenir, les derniers tracés envisagés ne toucheraient pas au pont couvert.  Il ne veut toutefois pas s’avancer sur cette information, car selon lui, la MRC serait la meilleure instance pour tenir les médias au courant. Rappelons que la MRC ne désire pas donner d’informations sur le sujet, car il est toujours en discussion.

Neil Gagnon souligne toutefois qu’il est prêt à défendre le dossier du pont couvert pour que celui-ci demeure sur le territoire. Il rappelle que le pont appartient au ministère des Transports (MTQ) et que seul l’entretien de son tablier est à la charge des deux municipalités qu’il relie.

Que dit le MTQ?

Rosalie Faubert, conseillère en communication à la Direction générale de l’Outaouais du MTQ confirme qu’au cours des dernières années, le ministère a tenu des discussions avec la MRC concernant le projet de la route Maniwaki-Témiscamingue. Le MTQ collabore avec le milieu en fournissant un accompagnement technique dans la préparation du projet.

Comme les autres intervenants dans le dossier, Rosalie Faubert explique qu’aucune intervention projetée sur la route 105 ainsi que sur le pont de l’Aigle ne peut être confirmée à l’heure actuelle. Cependant, elle soutient que le MTQ est responsable de la gestion du pont de l’Aigle qui est une structure patrimoniale. Ainsi, toute décision rendue quant au pont se prendra en respect des normes de conservation du patrimoine.

Travaux sur le pont de l’Aigle prochainement

En attente d’une décision et à la demande de la municipalité de Montcerf-Lytton, une équipe du MTQ s’est rendue au pont de l’aigle au cours des derniers jours concernant des problèmes au niveau de la surface de roulement, indique l’agente de communication du MTQ.

Rosalie Faubert explique que sur un pont acier-bois, des travaux effectués au niveau de la surface de roulement nécessitent également certains travaux au niveau de la structure dont le MTQ est responsable. Considérant que des travaux au niveau de la surface de roulement sont nécessaires, le MTQ souhaite prendre entente avec les municipalités de Montcerf-Lytton et d’Egan-Sud pour procéder à des travaux de remplacement de certaines pièces de la structure. Lors de ces travaux, le MTQ procédera également au remplacement de pièces problématiques de la surface de roulement du pont de l’Aigle.

À ce jour, le MTQ souhaite pouvoir réaliser ces travaux mineurs sur le pont de l’Aigle d’ici la période estivale 2021. Rosalie Faubert se fait rassurante concernant l’état actuel du pont de l’Aigle. Pour l’instant, cet état ne soulève aucun enjeu de sécurité et d’ici la réalisation des travaux du MTQ, la municipalité continuera de procéder à l’entretien de sa surface de roulement.

Partager:

Hélène Desgranges , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer