Partager:
21 janvier 2021

Baisse d’approvisionnement en vaccins Pfizer

Le CISSSO forcé de revoir son plan de match

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) se voit forcé de tempérer ses ardeurs au niveau de son plan de vaccination qui avait pourtant bien débuté: il ne recevra aucune dose du vaccin Pfizer dans la semaine du 25 janvier. 

Simon Dominé , Journaliste

Le manque de doses du vaccin Pfizer va se faire ressentir aussi en Outaouais, où les autorités sanitaires sont forcées de revoir leurs ambitions à la baisse.
Le manque de doses du vaccin Pfizer va se faire ressentir aussi en Outaouais, où les autorités sanitaires sont forcées de revoir leurs ambitions à la baisse.
© (Photo Depositphoto)

En conférence de presse le 20 janvier, la Dre Carol McConnery, médecin-conseil à la Santé publique de l’Outaouais, a pris acte de la mauvaise nouvelle. « Vous avez vu qu’il y a une baisse d’approvisionnement en vaccins au niveau de la compagnie Pfizer. Hier, on a appris que le Canada ne recevrait aucune dose de vaccin Pfizer la semaine du 25 janvier et nous ne connaissons pas encore le nombre précis de doses qu’on va recevoir dans les semaines suivant celle du 25 janvier. »

La Dre McConnery a expliqué que le CISSSO devait revoir son plan de campagne, tout comme le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. « L’outil que le ministre Dubé avait présenté, qui était la ligne de temps pour terminer la vaccination, va être revue suite à ces baisses d’approvisionnement au niveau de Pfizer », a prévenu la médecin.

État des lieux en Outaouais

En date du 19 janvier, sur les 8 100 doses du vaccin reçues pour combattre la Covid-19, le CISSSO en avait administré 6 776, soit un taux de 84%.

Dans les CHSLD de la région, où 1 090 doses ont été utilisées, 84% des usagers sont désormais protégés contre le virus. Pourquoi pas 100%?

« La vaccination n’est pas obligatoire, a rappelé la médecin. Il y a des personnes qui ne peuvent pas être vaccinées, des gens qui peut-être avaient des symptômes ou des contre-indications à la vaccination. »

Il semble d’ailleurs que les équipes mobiles du CISSSO devront revenir dans certains établissements de la Vallée-de-la-Gatineau pour administrer la première dose du vaccin.

Dre McConnery s’est expliquée sur cette situation: « Dans la Vallée-de-la-Gatineau, ils ont eu des éclosions importantes. Il y aura un deuxième tour de visite de vaccination dans les milieux qui ont été très touchés, puisqu’on sait que la maladie procure une certaine protection. Faut que ces gens-là sachent qu’ils vont être invités la prochaine fois ».

À noter qu’en plus des CHSLD, 300 autres personnes ont été vaccinées dans des milieux de vie, ainsi que 5 200 travailleurs du réseau de la santé.

Partager:

Simon Dominé , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer