Partager:
13 janvier 2021

Janvier, mois de la sensibilisation à la maladie d’Alzheimer

C’est quoi cette maladie?

Depuis le début des années 1990, le mois de janvier est consacré à la maladie d’Alzheimer. Cette année, dans le cadre de ce mois de la sensibilisation à la maladie, L’info présentera un dossier sur le sujet comprenant plusieurs textes qui seront publiés dans les différentes éditions de janvier.

Kathleen Godmer , Journaliste

La maladie d’Alzheimer n’est pas une maladie mentale, mais plutôt un type de trouble du cerveau qui cause des problèmes de mémoire, de pensée et de comportement.
La maladie d’Alzheimer n’est pas une maladie mentale, mais plutôt un type de trouble du cerveau qui cause des problèmes de mémoire, de pensée et de comportement.
© (Photo gracieuseté – PasseportSanté)

Les statistiques indiquent qu’au Canada, 747 000 personnes sont atteintes de la maladie d’Alzheimer (ou d’une autre maladie cognitive) et que d’ici 15 ans, ce nombre devrait atteindre plus de 1,4 million.

Qu'est-ce que la maladie d'Alzheimer?

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative chronique qui détruit les cellules cérébrales, ce qui provoque, avec le temps, une détérioration de la mémoire et des capacités de réflexion. Elle ne fait pas partie du processus normal de vieillissement et est irréversible.

Elle apparait habituellement à partir de 50 ans, puis de façon plus importante vers 65 ans. 5 % des cas surviennent avant 50 ans. Les personnes atteintes ont d'abord des pertes de mémoire à court terme, puis éventuellement à long terme, et sont de plus en plus désorientées.

Cette maladie existe depuis longtemps, mais sa compréhension est relativement récente. La maladie d’Alzheimer est le trouble neurocognitif le plus répandu. Il représente entre 60 et 80 % de tous les diagnostics de troubles neurocognitifs.

Cette maladie  change les fonctions cognitives du cerveau et est une maladie mortelle qui affectera un jour ou l’autre tous les aspects de la vie d’une personne : sa manière de penser, de ressentir et d’agir. Chaque personne est affectée différemment. Bien qu’il soit difficile de prévoir les symptômes, l’ordre dans lequel ceux-ci se manifesteront ou leur vitesse de progression, il y a des signes précurseurs auxquels il faut faire attention. La maladie est progressive et est habituellement décrite par des stades qui indiquent la gravité des symptômes. Plus vite la maladie est diagnostiquée, plus les chances d’avoir une meilleure qualité de vie sont élevées.

Même si une personne a des antécédents familiaux d’Alzheimer, cela ne signifie pas qu’elle la développera à son tour. La plupart des cas de la maladie ne sont pas héréditaires. Seuls de rares cas le sont et ils représentent moins de 5 % de tous les cas. Des tests génétiques sont disponibles pour les familles ayant des antécédents.

Réduire le risque de développer la maladie

Réduire le risque en adoptant de saines habitudes de vie ne garantit pas l’immunité contre la maladie, mais c’est la méthode de prévention la plus efficace.

Les symptômes de la maladie d’Alzheimer peuvent être traités, mais pas encore guéris. Pour le moment, plusieurs médicaments peuvent aider à réduire les symptômes, comme le déclin de la mémoire, les altérations du langage, les capacités de réflexion et la motricité.

Même si la maladie d’Alzheimer est encore incurable, les personnes qui répondent bien à ces traitements peuvent améliorer leur qualité de vie pendant plusieurs années.

Partager:

Kathleen Godmer , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer