Partager:
11 janvier 2021

D’autres services mis sur pause

Délestage dans les hôpitaux en raison de la COVID-19

Le gouvernement du Québec annonce le délestage de nouvelles activités en raison des chiffres élevés  d’hospitalisation dans la majorité des hôpitaux du Québec.

Yannick Boursier , journaliste

Si la tendance se maintient, il pourrait y avoir un dépassement des capacités de lits d'hospitalisation et de soins intensifs pour les patients, autant ceux atteints de la COVID-19 que ceux ayant d'autres maladies, indique Québec.
Si la tendance se maintient, il pourrait y avoir un dépassement des capacités de lits d'hospitalisation et de soins intensifs pour les patients, autant ceux atteints de la COVID-19 que ceux ayant d'autres maladies, indique Québec.
© (Photo Pixabay)

La majorité des établissements fonctionnait déjà avec du délestage, c’est-à-dire la diminution totale ou en partie de certains soins moins urgents offerts dans les hôpitaux. Mais les hospitalisations obligent à prendre d’autres décisions «de plus en plus difficiles à faire», indique la sous-ministre adjointe au ministère de la Santé, Lucie Opatrny.

Ainsi, les chirurgies semi-urgentes et non urgentes, le dépistage du cancer du côlon par colonoscopie, les greffes de rein provenant de donneurs vivants, à l’exception de la clientèle pédiatrique, et plusieurs consultations non urgentes en clinique externe s’ajoutent à la liste des activités qui doivent être délestées.

«Les impacts seront énormes et se feront sentir pendant plusieurs mois, voire des années», a indiqué Mme Opatrny en lien avec ces nouvelles annonces. Les listes d’attente étant déjà élevées dans plusieurs domaines, elles se rallongeront en raison de ce délestage.

Limite presque atteinte

Selon Mme Opatrny, «la situation dans les hôpitaux du Québec est très critique». Il y a une pression importante sur le réseau et sur le personnel en raison de l’augmentation des cas. «Certains patients risques d’en subir les conséquences.»

«La majorité des hôpitaux au Québec se situe au niveau maximum du délestage, ajoute-t-elle. Ils réussissent avec difficulté à faire des chirurgies urgentes et oncologiques. Si la tendance se maintient, on pourrait avoir un dépassement de la capacité.»

Si ça arrive, d’autres décisions devront être prises et elles seront difficiles, affirme Lucie Opartny. «Ceci forcerait le réseau à prendre des décisions plus difficiles.»

Questionnée sur la possibilité d’en arriver à décider qui est soigné et qui ne l’est pas, elle indique qu’on n’en est pas encore là. Mais on approche. Ce qui n’était qu’une hypothèse lointaine il y a quelques semaines devient une possibilité de plus en plus réelle selon elle.

Nouvelles mesures

Par ailleurs, le premier ministre François Legault a apprécié la façon que s’est passée la première fin de semaine avec le couvre-feu. « J’ai été impressionné, touché, de voir comment les Québécois ont suivi les directives. »

En tout, 740 constats ont été émis à travers le Québec en deux jours pour le non-respect du couvre-feu.

Partager:

Yannick Boursier , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer