Partager:
8 juillet 2020

Covid-19

Les ventes de garage sont autorisées à certains endroits dans la Vallée

Certaines villes ont mis en place des dates et mesures sanitaires à respecter pour tenir une vente de garage sur leur territoire. D’autres municipalités laissent la liberté à leurs citoyens d’organiser ou non ce type d’activité.  Pour certaines personnes qui tiennent une vente de garage, la pandémie est en arrière-pensée, mais ne prend pas le devant sur la volonté de tenir leur vente.

Hélène Desgranges , Journaliste

Certaines villes ou municipalités ont mis en place des dates de tenues de ventes de garage alors que d’autres laissent leurs citoyens libres de faire leur choix de date. Les mesures sanitaires seront-elles au rendez-vous lors de ces ventes?  Certaines villes et municipalités en font le rappel.
Certaines villes ou municipalités ont mis en place des dates de tenues de ventes de garage alors que d’autres laissent leurs citoyens libres de faire leur choix de date. Les mesures sanitaires seront-elles au rendez-vous lors de ces ventes? Certaines villes et municipalités en font le rappel.
© (Photo– L’info de la Vallée – Hélène Desgranges)

La Municipalité de Grand-Remous autorisera les ventes de garage à certaines dates en juillet et en août.  Des mesures sanitaires sont toutefois recommandées aux citoyens qui passeront à l’action, dont la désinfection des mains à l’entrée de la vente, l’interdiction de toucher les objets mis en vente et le respect de la distanciation sociale.

La Ville de Gracefield a aussi établi des dates pour les ventes de garage et exige un permis pour la tenir. Sans nommer de règles d’hygiènes claires, elle rappelle aux citoyens que la Covid-19 est toujours présente et leur recommande la distanciation sociale.

« Si on ne meurt pas de ça, on va mourir de la picote noire. Si on ne meurt pas de picote noire, on va mourir d’autre chose… » - Marielle, citoyenne de Déléage

Rencontrées à Déléage, Marielle et Yolande étaient en pleins préparatifs pour leur vente de garage. Elles se sont dites conscientes des risques de la Covid-19, mais désiraient néanmoins tenir leur événement. Elles ont utilisé l’humour pour représenter le fait qu’elles ne veulent pas rester à ne rien faire pendant la pandémie.

Partager:

Hélène Desgranges , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer