Partager:
30 juin 2020

La règle s’applique aux 12 ans et plus

Le masque devient obligatoire dans tous les transports en commun du Québec

Le port du couvre-visage deviendra obligatoire à travers le Québec à compter du lundi 13 juillet dans tous les transports en commun: autobus, métro, taxis, etc.

Maxime Coursol , Journaliste

Le port du couvre-visage, qu’il soit artisanal ou pas, deviendra obligatoire dans les transports en commun à compter du 13 juillet.
Le port du couvre-visage, qu’il soit artisanal ou pas, deviendra obligatoire dans les transports en commun à compter du 13 juillet.
© (Photo Pixabay)

Signalons par ailleurs qu’à compter du 27 juillet, soit deux semaines plus tard, l’accès à ces transports sera purement et simplement refusé à ceux qui ne portent pas le masque. « C’est une question de respect, a souligné à gros traits le premier ministre François Legault, lorsqu’il a annoncé cette nouvelle mesure le 30 juin. Il faut penser aux autres. On n’est pas peureux quand on porte un masque, on est juste très respectueux. »

Il faut préciser cependant que pour l’instant, ce n’est que dans les transports en commun que le port du couvre-visage devient obligatoire. Dans les autres lieux publics, il est recommandé d’en porter un, mais il n’y a pas d’obligation. De plus, l’obligation ne s’adresse qu’aux gens de 12 ans et plus. Le port du masque demeure recommandé pour ceux entre 2 et 11 ans et il est fortement déconseillé pour les moins de 2 ans.

Appelant à la responsabilisation individuelle des Québécois, le premier ministre a par ailleurs soutenu qu’il n’y aurait pas de policiers pour contrôler ceux qui rentrent et sortent des transports en commun, et qu’aucune amende ne serait imposée à ceux qui enfreignent la nouvelle règle. Cela dit, il a maintenu qu’il n’y aurait aucune possibilité, après le 27 juillet, pour ceux qui ne portent pas de masque d’accéder aux transports en commun. « C’est un peu comme quelqu’un qui veut embarquer dans un autobus avec un sofa, a-t-il illustré. On n’a pas de policier pour lui interdire l’accès, mais le chauffeur va l’empêcher de monter dans l’autobus. »

La crainte d’une nouvelle flambée

Interrogé sur ce revirement, alors qu’encore récemment, il ne se montrait pas très chaud à l’idée d’encourager le port du masque, le chef du gouvernement provincial a soutenu qu’il était normal de voir les consignes changer à la lumière du déconfinement. « Plus on réouvre les entreprises, plus on réouvre les commerces, plus il y a de monde dans les transports en commun. Ce n’est pas parce qu’on fait un 180 degrés, c’est parce que la situation évolue », a-t-il déclaré.

Tant François Legault que le directeur de la Santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, ont également fait part de leurs inquiétudes face aux hausses effarantes de cas dans les États du sud des États-Unis, comme la Floride et le Texas. « Que ce soit sur une plage à Rawdon ou dans un bar, je n’aime pas voir qu’il y a un non-respect des consignes, a déclaré le premier. Il faut faire attention, le virus rôde toujours autour. »

Le second est allé encore plus loin, reconnaissant qu’avec le déconfinement, on assistait à une plus grande contamination: chaque nouveau cas infecte davantage de personnes que lorsque le confinement était en vigueur. « Ça ne se traduit pas par une hausse de cas hospitalisés, a-t-il précisé, mais il y a un risque de revoir une flambée. »

« Jusqu’à un semblant de retour à la normale, le couvre-visage doit devenir une norme sociale. » - Dr Horacio Arruda

Tester davantage

Face à une baisse importante du dépistage au Québec ces dernières semaines (on est maintenant à environ 6000 tests effectués dans toute la province), le premier ministre s’est de plus engagé à développer une nouvelle stratégie durant le mois de juillet. « On visera probablement certaines régions, comme les bars dans les Laurentides, la Grande Allée à Québec, la frontière canado-américaine. Il faut voir comment on peut augmenter le nombre de tests sans attendre en septembre », a-t-il plaidé, laissant entendre que la deuxième vague pourrait arriver plus tôt que ce que la Santé publique croyait.

À la lumière de ces développements, le Québec envisage-t-il de suivre l’exemple de l’Ontario et d’imposer le couvre-visage dans tous les lieux publics de la province? Pas pour l’instant, soutient le gouvernement, qui dit continuer de prioriser l’instauration de mesures graduelles.

Bilan du jour

-Nombre de décès: 5503 (+18)

-Nombre d’hospitalisations: 435 (-20)

-Nombre d’hospitalisations aux soins intensifs: 38 (-7)

-Nombre de cas au Québec: 55 458 (+68)

 

Partager:

Maxime Coursol , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer