Partager:
27 mai 2020

Déconfinement et respect des mesures

La Vallée n’a pas passé le test

Lors du point de presse du  Centre intégré de santé et services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) le 21 mai dernier, la Dre. Carol McConnery, médecin-conseil à la direction de la Santé publique, avait mentionné l’importance de conserver les bonnes pratiques recommandées pour éviter un retour au confinement. Selon des élus de la Vallée-de-la-Gatineau, l’occasion de bien faire a été ratée.

Hélène Desgranges , Journaliste

Si la longue fin de semaine de la Fête des Patriotes ne semble pas avoir  permis d’établir un portrait démontrant que les citoyens continuent de se préoccuper de leur santé, est-ce que la clarté des consignes aidera pour la suite du déconfinement progressif? La question est sur certaines lèvres.
Si la longue fin de semaine de la Fête des Patriotes ne semble pas avoir permis d’établir un portrait démontrant que les citoyens continuent de se préoccuper de leur santé, est-ce que la clarté des consignes aidera pour la suite du déconfinement progressif? La question est sur certaines lèvres.
© (Photo Pixabay)

Non seulement les municipalités ont été envahies de touristes malgré les recommandations de ne pas changer de région pour des raisons non essentielles mais en plus, des employés de petits commerces ont dû répéter sans relâche aux gens de se laver les mains et garder leurs distances.

Chantal Lamarche, préfète de la MRC Vallée-de-la-Gatineau, souligne que malgré l’achalandage, tout a bien été en règle générale dans le milieu mais beaucoup de rassemblements illégaux ont eu lieu et les consignes n’ont pas été respectées lors du long week-end de la fête des Patriotes.

« C’était le “free for all”, on n’a pas passé le test. » - Chantal Lamarche

La préfète croit que la situation des rassemblements est due, en grande partie, au manque de clarté des consignes données par le gouvernement. Mais elle rappelle les nouvelles consignes: les rassemblements de dix personnes et moins, à l’extérieur, à deux mètres et sans entrer dans les maisons.

Chantal Lamarche espère qu’autant les commerces que les citoyens s’adapteront aux changements en ayant en tête leur sécurité et celle des autres. Elle souhaite que les barrages soient histoire du passé et ne veut absolument pas que la santé publique les rétablisse afin de donner une chance à toutes les entreprises encore fermées, de rouvrir et survivre.

Du côté de William Amos, député fédéral de Pontiac, les commentaires sur le sujet sont plus restreints car il est du ressort provincial de mettre les mesures en place et de faire les choix pour les Québécois. Son souhait rejoint tout de même celui de la préfète : clarté et consignes strictes. Il ajoute que pour garantir un retour économique du tourisme, il faut maintenir la confiance et ajoute à son souhait, la réception de détails pour cette industrie.

Robert Bussière fait confiance aux citoyens

Robert Bussière, député provincial de Gatineau se dit préoccupé pour toute l’industrie touristique de la région. Il travaille fort avec le ministre du Tourisme et le ministre de l’Économie pour trouver des solutions pour les entreprises.

Le député provincial croit que la majorité des gens respecte les consignes et il fait confiance au bon jugement des Québécois et à leur sens des responsabilités. Il ne se prononce pas sur le fait que certaines consignes semblent ne pas avoir été respectée et semble préférer rappeler les consignes. Il demande aux gens d’éviter les déplacements non essentiels dans une autre région et recommande très fortement le port du masque en public. Le respect de la distanciation sociale et le lavage des mains sont également des mesures essentielles qui, pour lui, doivent être maintenues.

Partager:

Hélène Desgranges , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer