Partager:
13 février 2020

Le mois des câlins de la Fondation CHU Sainte-Justine

Grâce aux dons, une petite fille de la région peut cheminer

Pour une 14e année, La fondation du CHU Sainte-Justine et ses partenaires invitent la population à se procurer un embellisseur à lèvres « Rose Câlins » dans une pharmacie Jean-Coutu. Les fonds amassés permettront à des enfants de recevoir des soins particuliers. Geneviève, six ans et résidente de la Vallée-de-la-Gatineau, est l’une des jeunes filles qui bénéficient de ces services, une fois par semaine. 

Hélène Desgranges , Journaliste

La petite Geneviève, six ans, est atteinte d’une myélite transverse, une inflammation de la moëlle épinière qui la condamne présentement au fauteuil roulant. Le Lokomat, l’appareil qui permet à Geneviève de pratiquer la marche et la station debout, se retrouve au Centre de réadaptation pour qui le mois des Câlins est organisé cette année.
La petite Geneviève, six ans, est atteinte d’une myélite transverse, une inflammation de la moëlle épinière qui la condamne présentement au fauteuil roulant. Le Lokomat, l’appareil qui permet à Geneviève de pratiquer la marche et la station debout, se retrouve au Centre de réadaptation pour qui le mois des Câlins est organisé cette année.
© (Photo gracieuseté – Geneviève Charbonneau)

La maman de Geneviève, Marilyne Emond, n’a que des bons mots à dire sur le Centre de réadaptation Marie Enfant de Sainte-Justine où sa fille reçoit des soins d’hydrothérapie et de Lokomat chaque vendredi. En parlant de ces traitements et de leur qualité, elle dit tout simplement : « Si ce n’était pas bien, on n’y retournerait pas »!

Effectivement, effectuer 3h30 à 5h de route selon le trafic chaque semaine n’est pas de tout repos mais le Centre de réadaptation Marie Enfant est le seul qui offre des services uniquement aux enfants et qui permet à Geneviève d’utiliser le Lokomat. 

Le Lokomat est un appareil robotisé qui simule la marche chez une personne, comme Geneviève, dont le corps est paralysé en entier. Depuis ces traitements ainsi que les soins qu’elle reçoit deux autres jours par semaine à Maniwaki en physio et en ergothérapie, le travail à la maison et même l’appui du milieu scolaire, Geneviève commence à bouger. La marche demeure néanmoins une étape qui est loin d’être franchie pour la petite dont la vie a basculé à l’âge de quatre ans.

Avec une jambe cassée depuis peu en surplus de ses autres limitations, Geneviève, qui est atteinte d’une myélite transverse virale, fait preuve d’une force incroyable. C’est ce qui donne le courage à sa maman de continuer malgré l’énergie que lui demande la situation à elle mais aussi au reste de la famille dont les trois enfants qui font aussi partie de la famille. 

« Si les gens ne faisaient pas de dons, il n’y aurait pas de machine pour Geneviève », explique Mme Emond.

Les enfants peuvent offrir un câlin en dessin

Selon Marie-Noël Phaneuf, qui gère les communications en lien avec la campagne de financement, l’objectif de levée de fonds va bon train. En une semaine seulement, ils ont presqu’atteint la moitié de leurs objectifs. 

Afin de sensibiliser les enfants et les faire contribuer au bien des leurs, un concours est aussi organisé.  Les enfants de partout au Québec, âgés de 5 à 12 ans, peuvent participer en envoyant un dessin inspiré du thème Câlins d’ici le 14 février. 

Le dessin gagnant se retrouvera sur l’embellisseur de lèvres de la prochaine édition et l’enfant recevra un prix de belle valeur. Les informations sur le mois des câlins sont en ligne au www.calins.ca.

Partager:

Hélène Desgranges , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer