Partager:
9 janvier 2020

Fondation des bourses de la relève

De l’aide financière disponible pour un plus grand bassin d’étudiants

Depuis les dernières années, la Fondation des bourses de la relève offre de l’aide financière à une plus grande diversité de professions. Initialement, la Fondation visait davantage les secteurs de la santé, des services sociaux et de l’éducation, mais davantage de professions sont maintenant éligibles à recevoir une bourse. 

Jordan Maheu , Journaliste

De gauche à droite dans la deuxième rangée : Me Amélie Boutin-Renaud et Me Rosemarie Lefebvre Bastien. De gauche à droite dans la première rangée : Sabin Parent Johnson, Nicolas Beaumont et Dominique Patry-Boisvenue. Ce sont les membres du conseil d’administration de la Fondation des bourses de la relève.
De gauche à droite dans la deuxième rangée : Me Amélie Boutin-Renaud et Me Rosemarie Lefebvre Bastien. De gauche à droite dans la première rangée : Sabin Parent Johnson, Nicolas Beaumont et Dominique Patry-Boisvenue. Ce sont les membres du conseil d’administration de la Fondation des bourses de la relève.
© (Photo: gracieuseté)

Dû à la pénurie de main-d’œuvre, divers besoins de personnel se créent dans la Vallée-de-la-Gatineau. Les secteurs en manque d’employés sont maintenant « très larges » a fait savoir Sabin Parent Johnson de la Fondation des bourses de la relève. Il a entre autres cité les secteurs de la foresterie, de l’agriculture, du commerce et de la comptabilité. 

La Fondation des bourses de la relève est un organisme à but non lucratif qui offre des bourses allant jusqu’à 1 000$ à des étudiants originaires de la Vallée-de-la-Gatineau qui étudient à l’extérieur de la région. Ces étudiants doivent avoir l’intention de revenir dans leur coin de pays après leurs études professionnelles, collégiales techniques ou universitaires. 

« Dans une période où l’on vit une pénurie de main-d’œuvre majeure en région, c’est un outil intéressant pour mettre une attraction supplémentaire aux jeunes qui vont étudier à l’extérieur et qui désirent revenir en région après leurs études », a expliqué Sabin Parent Johnson. 

Critères d’admissibilité 

Pour répondre aux critères d’admissibilité, le candidat ou ses parents doivent posséder une adresse permanente sur le territoire de la Vallée-de-la-Gatineau. Le candidat doit avoir fait une prise de contact avec un employeur potentiel qui identifie un besoin de relève dans la Vallée-de-la-Gatineau. Il faut que cet employeur potentiel lui remette une lettre exprimant un besoin en main-d'œuvre dans son domaine d'études. Le candidat doit démontrer le sérieux de son projet d’études et la qualité de son dossier: il doit déposer son curriculum vitae et remettre une lettre d'intention, expliquant le choix de ses études et pourquoi il demande une bourse, et exprimer son intérêt à revenir travailler dans la région. Finalement, le candidat doit remettre son relevé de notes le plus récent du programme pour lequel il demande une bourse.

La décision du comité de sélection de la Fondation est sans appel. Elle est basée sur un système de pointage priorisant les candidats qui étudient dans un domaine en demande dans la région, et elle favorise les étudiants qui réussissent leurs cours.

« Actuellement, il y a un potentiel de retour dans la majorité des domaines. La pénurie de main-d’œuvre couvre plus large que seulement les secteurs de la santé, des services sociaux et de l’éducation », a mentionné Sabin Parent Johnson. 

Résultats de 2019

En 2019, 36 étudiants ont bénéficié d’une aide financière de la Fondation des bourses de la relève ce qui fait un total de 31 500$. 

« Le taux de personnes qui honorent leur contrat de revenir en région après avoir reçu la bourse est excellent. On est à 94 % de retour actuellement depuis les dix dernières années. C’est un outil qui a sa place et qui fonctionne bien », a indiqué M. Parent Johnson. 

Processus pour soumettre une demande de bourse

La date limite pour effectuer une demande de bourse pour la session d’hiver est le 31 janvier 2020.

Pour plus de détails, l'étudiant peut appeler Monia Lirette au 819-449-7866 poste 16239. Le dossier doit être déposé à Monia Lirette, à la CSHBO, au 331 rue du Couvent, Maniwaki. 

Partager:

Jordan Maheu , Journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer